Mort d'Antoinette Fouque, une "ambition historique de femme" | L'Humanité

Mort d'Antoinette Fouque, une "ambition historique de femme" | L'Humanité

Antoinette Fouque, une jeunesse entre Marseille et Paris

La cité phocéenne a vu naître Antoinette Fouque en 1936. Elle gardera toujours un fort ancrage à gauche de ses années passées dans un quartier défavorisé. Au coeur des années soixante, Antoinette Fouque devient maman. Elle est alors confrontée aux problèmes que doit affronter une femme lorsqu’elle doit assumer ses fonctions de femme et de mère alors qu'elle exerce un métier.

Antoinette Fouque se bat pour les femmes en luttes partout dans le monde

Antoinette Fouque crée le Collège de Féminologie et l’Observatoire de la Misogynie. Elle décède le 20 février 2014. Elle avait auparavant reçu les plus hautes décorations du pays. Elle a pris part à toutes les causes féministes. Antoinette Fouque est invitée à des conférences aux Nations Unies comme dans le monde entier pour défendre les femmes.

L'engagement politique d'Antoinette Fouque

Encore dynamique à l'heure actuelle, l’Alliance des Femmes pour la Démocratie créée par Antoinette Fouque se positionne à gauche. A l'occasion des deux cents ans de la révolution française, Antoinette Fouque fonde l’Alliance des Femmes pour la Démocratie. La parité constitue l'une des principales luttes du mouvement.

De l'éducation à la psychanalyse

Parallèlement à sa mission d'enseignement, Antoinette Fouque est critique littéraire pour deux maisons d’édition et rédige des notes de lecture pour une 3e. En 1972 à la faculté de Vincennes, elle participe à une UV clandestine sur la sexualité de la femme aux côtés de la philosophe Luce Irigaray. Son directeur de thèse est Roland Barthes. Antoinette Fouque décroche un DEA. L'étudiante côtoie Monique Wittig, théoricienne féministe pendant cette période.